John Haverty

Lauréat du Luxembourg Art Prize 2016

John Haverty
Lauréat du Luxembourg Art Prize 2016

John Haverty est né en 1986 à Boston aux Etats-Unis. Il est de nationalité américaine, et il vit dans le Massachusetts aux Etats-Unis. Les artistes qui l’inspirent sont Dieric Bouts, Hieronymus Bosch et Salvador Dalí. Il a obtenu en 2015 un Masters of Fine Arts au Savannah College of Art and Design à Savannah, Georgia et en 2010 un Bachelor of Fine Arts à l’Université du Massachusetts à Amherst, Massachusetts. Il travaille dans une compagnie aérienne.

Il reçoit une bourse de 25.000 € de la Galerie Hervé Lancelin pour produire son exposition individuelle qui se tiendra en 2017 à la galerie.

Proche du chamanisme, la peinture de John Haverty porte en elle une force introspective ultra visible. « Chaque peinture est un voyage personnel pour moi ». Attaché aux albums rétro des années 60-80, à la culture du skateboard, et à la culture Hot Rod, l’artiste mélange ses intérêts avec ses voyages, « mais je préfère que chacun regarde mon art par lui-même, développe son propre opinion et apporte son imagerie autour de mes œuvres ».

Lunatiques, étranges, féériques, beaux, ou laids, tout dépend, les dessins de l’artiste John Haverty le racontent, « quand je travaille, je me perds. Je suis comme un enfant curieux dans un pays des merveilles psychédéliques ». Ses stylos peuvent ainsi passer des heures sur des détails, des lignes qui l’hypnotisent. Chaque ligne ou point est important pour lui, faisant de son travail une peinture complexe. Mais rarement l’idée qui le guide est complète, « chaque jour est différent, il y a de l’inconnu dans le processus créatif. Comme chaque jour est différent, chaque humeur est différente ». Plus tard en contemplant la pièce finie il retrouve les sentiments et pensées qui l’ont parcouru durant ce voyage, « j’ai des photos qui montrent la réalité de mon passé. Mais mes tableaux montrent les sentiments de mon passé ».

C’est un peu comme ça qu’est apparu son projet monumental, ce tableau géant qu’il a commencé en 2013 : Gangrene. « Mon art, comme l’infection, est un ensemble qui continue de croître organiquement. Gangrène présente un festin visuel ambigu, qui met en lumière des problèmes embarrassant la société… ».

Grangrene est une œuvre visuellement violente, qui capte l’œil fortement. La plupart des peintures qui constituent la fresque ont été créées dans sa vingtaine, une période déroutante et pleine de frustration pour beaucoup de gens, et ses peintures émettent beaucoup de ses sentiments. Pourtant John Haverty ne se considère pas comme une personne en colère, les raisons de cette violence viennent d’ailleurs, « ado, je regardais beaucoup de films d’horreur. Le frisson d’être effrayé, et l’amour des monstres classiques, sont mélangés à mes voyages et m’influencent beaucoup. A Cape Cod, ma maison du bord de plage est plutôt sinistre, parfois je sens que je suis en présence d’esprits. Je pense que d’une certaine façon tout cela m’intéresse ».

Par son travail monumental, le peintre donne à voir des œuvres immersives devant lesquels le spectateur s’implique autant psychologiquement que physiquement. « J’ai du mal à utiliser les mots pour expliquer mes peintures. L’intérêt pour moi est visuel. Mon objectif est de capter l’attention du spectateur plus qu’une poignée de secondes ».

« Circus », 2015, Série « Gangrene », Stylo et aquarelle sur papier, 120 x 120 cm, Unique

De très nombreux visiteurs se sont déplacés à la Galerie Hervé Lancelin le soir du vernissage de l’exposition des finalistes du Luxembourg Art Prize 2016 !

Durant la cérémonie du Luxembourg Art Prize 2016, la Galerie Hervé Lancelin a effectué une donation de 10.000€ au Musée National d’Histoire et d’Art (MNHA), pour l’aider au financement de l’acquisition d’une oeuvre capitale pour les collections du musée. Monsieur Michel Polfer, Directeur du MNHA, a souligné l’importance de cette donation pour le musée.

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cela

Partagez cette page avec vos amis !